Le Film de la semaine – Dans un recoin de ce monde : Hiroshima mon amour

Mention du jury au Festival d’animation d’Annecy 2017, Dans un recoin de ce monde, le bouleversant film d’animation de Katabuchi Sunao, arrive dans nos salles françaises le 6 septembre après une carrière événementielle au Japon. On peut déjà vous dire qu’il ne faut pas le rater !

LE FILM E LA SEMAINE – OFFICE DE JOHNNIE TO (EN SALLES LE 09/08/2017)

Cela fait déjà cinq ans que nous n’avons pu voir de films de Johnnie To sur grand écran, depuis La Vie sans principe, drame policier sous fond de crise financière. L’excellent polar Drug War n’a eu droit, quant à lui, qu’à une exploitation sur supports numériques. Un signe des plus inquiétants du désintérêt probable des distributeurs et d’une désaffection du public pour le cinéma de Hong-Kong et ses grandes figures. C’est bien dommage, surtout concernant un cinéaste si talentueux et prolifique que Johnnie To. Contre toute attente, c’est Carlotta qui a décidé de sortir en salles l’une de ses dernières réalisations, Office, prenant le risque de distribuer un film bien éloigné des influences melviliennes de l’auteur. Office est en effet une comédie musicale sur le monde impitoyable de l’entreprise.

En salles – Hirune Hime, Rêves éveillés de Kamiyama Kenji (sortie le 12/07/2017)

Présent cette année au Japan expo, le cinéaste Kamiyama Kenji a une double actualité en France. D’abord la ressortie en haute définition de sa série Ghost in the shell : Stand Alone Complex, prolongement haletant et passionnant des œuvres développées en manga et anime par Shirow Masamune et Oshii Mamoru. L’autre événement est la sortie en salle de son long métrage d’animation Hirune hime : Rêves éveillées. Le film aura la lourde tache d’occuper la case estivale et d’offrir une réelle alternative aux mastodontes US. A t-il seulement les épaules suffisamment large ?

Le film de la semaine – Entre deux rives de Kim Ki-duk (en salles le 05/07/2017)

Kim Ki-duk nous revient en salles en France avec Entre Deux rives. C’est sa première sortie hexagonale depuis Pieta en 2013. On retrouve un réalisateur moins radical et moins surprenant pour ce pamphlet contre la propagande politique et pour un rapprochement – pour l’instant peu probable – entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

Le film de la semaine – I Am Not Madame Bovary : Everlasting Regret

I Am Not Madame Bovary signe une nouvelle collaboration entre le cinéaste chinois Feng Xiaogang et l’actrice Fan Bingbing dont il a contribué à établir la renommée locale. En salles le 5 juillet, ce succès au box office a également remporté de nombreux prix, notamment au Festival de San Sebastian. L’occasion pour nous de découvrir Fan Bingbing en paysanne qui lutte pour son émancipation entre l’archaïsme des traditions et la rigidité de la modernité.

En salles – We Are X de Stephen Kijak : Generation X (06/07/2017)

Véritable phénomène au Japon de la fin des années 80 aux années 90, X Japan fait l’objet d’un documentaire retraçant la carrière du groupe, survolant leur âge d’or et les difficultés rencontrés par les membres. À découvrir le jeudi 6 juillet lors d’une projection exceptionnelle au Club de l’étoile en présence de Yoshiki.

En salles – Sans Pitié (The Merciless) de Byun Sung-hyun : L’ÉLÉGANCE CORÉENNE

En salles le 28 juin, Sans Pitié (The Merciless) permet à Byun Sung-hyun d’explorer un nouvel univers après le monde de la radio et de la musique dans The Beat Goes On et la comédie érotico-romantique avec Whatcha Wearin’?. Son troisième long-métrage lui donne l’occasion de mélanger film de prison et film de gangster, pour un cocktail détonnant et très référencé à défaut d’être original.

Le Film de la semaine – Creepy de Kurosawa Kiyoshi (en salles le 14/06/2017)

Alors que l’on se remet de son film français (lire ici) et que l’on attend son film cannois (lire ici), Kurosawa Kiyoshi nous offre un nouveau film japonais. Creepy signe le grand retour du maître dans le thriller fantastique qui a fait son succès il y a vingt ans avec Cure. C’est troublant, étrange, dérangeant, tragique. C’est du grand Kurosawa.

Rétro – Épouses et concubines de Zhang Yimou (en salles le 14/06/2017)

Avant Hero (2002) ou Le secret des poignards volants (2004), Zhang Yimou fit sensation dès ses débuts avec Épouses et Concubines qui lui permit de remporter un Lion d’argent à La Mostra de Venise en 1991. Aujourd’hui, le film ressort en salles , de quoi vouloir remonter les aiguilles du temps et se faire une idée neuve de ce qu’on pourrait communément appeler : un chef d’œuvre !